Recyclage des métaux précieux par le biais de l’eau

Peu de gens le savent, mais les appareils électroniques constituent des métaux précieux dont l’or, l’argent et le cuivre. Afin de recycler ces composants, des chercheurs français du CNRS d’Orléans ont mis au point une technique permettant de recycler les métaux précieux contenus dans les mobiles qui ne sont plus en usage. Pour ce faire, ils utilisent de l’eau portée à 500°C. Un procédé qui n’a rien de bien complexe, et plus écologique que les techniques chimiques habituelles qui rejettent des gaz toxiques voire polluants.

Comment recycler les métaux précieux avec de l’eau ?

JeanFrancoisBlaisKulchayaTanongINRScreditMarcRobitaille_0

En fait, les techniques chimiques utilisées pour soustraire les métaux précieux dans les composants de nos ordinateurs sont toxiques. En vue de protéger notre écosystème, ces chercheurs ont décidé de procéder autrement en utilisant tout simplement de l’eau. Cela semble improbable, mais les résultats sont les mêmes. Tout d’abord, l’eau est chauffée à 500°C et pressurisée à plus de 250 bars. Ensuite, l’eau portée à cette température entre dans un état chimique appelé « supercritique » où elle devient 1.000 fois plus oxydante et corrosive que son état liquide. Il est à savoir que cette technique a déjà servi pour retraiter les déchets nucléaires. Ici, elle consiste à récupérer l’or, l’argent, le cuivre ou encore le tantale dans les smartphones ; tous des métaux chers et indispensables à l’industrie électronique de nos jours.

Avec l’acidité de l’eau obtenue à cette température et à cette pression, il est devenu possible de détruire avec de l’eau, la résine polymère ainsi que la fibre de verre qui composent les cartes sur lesquelles sont disposées les métaux précieux. Il ne reste plus que les métaux précieux qui ne doivent être oxydés en aucun cas afin de les recycler. La seule contrainte, c’est que cette eau hyper corrosive résulte de la dégradation du réacteur de 300 millilitres qui sert actuellement pour les tests.

Les atouts du système utilisant « l’eau supercritique »

scheidgut-schritt9-1_thumb

Non seulement ce système ne dégage pas de gaz toxique, mais en plus de cela, il s’auto-alimente en énergie grâce au méthane qu’il contient. Plus précisément, ce constituant alimente le réacteur en énergie. A l’aide de cette découverte, la filière du recyclage des métaux précieux occasionnera désormais, des coûts beaucoup moins conséquents. De par son côté économe, un projet pilote est en cours de mise à l’échelle industrielle. Il faut bien reconnaître que ces chercheurs du CNRS d’Orléans ne sont pas à court d’imagination en vue de préserver notre environnement, victime de la pollution au quotidien.

Le partage, c'est la vie !

0

1 commentaire

  1. Gilbert 26 juillet 2016

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Recevez le meilleur de l'actu des métaux :
Cours, Tendances & Conseils d'Experts

Ne manquez plus nos dossiers et actualités importantes pour acheter, vendre et investir dans les métaux.