Energie verte, vers une nouvelle dépendance aux métaux ?

Abandonner l’énergie fossile au profit de l’énergie verte, un objectif aujourd’hui planétaire. A travers cette action, les nations du monde entier poursuivent un seul et même objectif : assurer la pérennité de l’environnement en utilisant des sources d’énergie non-polluantes. Or le développement des énergies solaires, éoliennes, ainsi que la fabrication des batteries de voitures électriques pourraient causer une nouvelle forme de dépendance : la dépendance aux métaux. Focus sur le sujet.

Un trop grand besoin de métaux

Selon Florian Fizaine, ingénieur de recherche et économiste à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, l’industrie de l’énergie devra s’attendre à affronter deux problématiques de taille : d’une part, un besoin croissant en matières premières, mais pas n’importe lesquelles.

Du zinc

Il faut en effet savoir que la majorité des énergies dites écologiques requièrent l’utilisation de métaux spécifiques et parfois (très) rares. Ainsi qu’il s’agisse d’énergies solaires, éoliennes, géothermiques ou encore hydroélectriques, tous consomment beaucoup plus de métaux que le charbon ou encore le nucléaire.

Des composants parfois difficiles à trouver

Ce qui mène à un autre problème non-négligeable : où trouver les composants nécessaires ? Il faut savoir que pour certains métaux, le recyclage n’est pas une solution envisageable. Principalement pour ceux qui ne sont présents qu’en faible quantité dans la source d’énergie, mais aussi pour ceux qui sont associés à d’autres éléments. Comme c’est le cas du lithium, un composant essentiel des batteries. Or l’extraction en mine de cet élément prend du temps : il faudrait effectivement compter au moins 15 ans avant de parvenir à des résultats concluants. Il se pourrait donc que la production ne parvienne pas à couvrir la demande.

Panneaux solaires installés sur le toit d’une maison

Sinon, il faut également savoir que certains métaux indispensables aux énergies vertes sont d’autant plus rares, car ce sont des sous-produits d’autres métaux. Comme c’est notamment le cas de l’indium, un des composants clé des panneaux photovoltaïques. Sa fabrication nécessite en effet du zinc, et pas qu’un peu, car pour parvenir aux quantités nécessaires, il faudrait considérablement augmenter la production de zinc. Or cela ne présente aucun intérêt pour les producteurs, étant donné qu’une surproduction ferait baisser les prix.

L’offre et la demande complètement bouleversées

Résultats, les principes de base de l’offre et de la demande se retrouvent complètement chambouler. En effet comme la production ne parvient pas à suivre, la demande ne cesse d’augmenter. S’ensuit ensuite une hausse des cours… Et l’offre qui est beaucoup trop lente à s’ajuster.

Le charbon, une des énergies fossiles les plus utilisées et polluantes

Tout cela ne pourrait qu’entrainer une pénurie de métaux qui, à son tour, pourrait être la cause de risques économiques comme géopolitiques, semblables à ceux de la dépendance actuelle en énergies fossiles. Il faut notamment savoir qu’une grande partie des métaux dont il est question se trouvent sur le territoire des pays politiquement sensibles, dont la Chine.

Quelles sont les solutions possibles ?

Bref, cette nouvelle dépendance serait la cause de grands chamboulements aussi bien géopolitiques qu’économiques. D’où l’importance de se pencher sur des solutions et alternatives dès maintenant. L’idéal serait d’abaisser la demande. Pour ce faire, la France, par le biais du BRGM (Bureau des recherches géologiques et minières) avait proposé en 2010/2012 d’agir sur l’offre en procédant à un nouvel inventaire des ressources disponibles sur le sol français et européen. Une « fausse bonne idée » selon Florian Fizaine, de même que la diversification d’approvisionnement ainsi que le stockage stratégique, qui est aussi onéreux que difficile à mettre en place.

Champ éolienne à Niedervisse (Lorraine)

Fizaine propose plutôt d’adopter une sobriété et une efficacité énergétique permettant de diminuer la consommation d’énergie. Il encourage également à rechercher des matériaux de substitution, de meilleures solutions de recyclage, ou encore à diversifier le bouquet énergétique. Tel que décliner différentes technologies sous-jacentes à une même énergie, car cela permettrait de diversifier les matières premières nécessaires à leur fabrication et production en masse.

Le partage, c'est la vie !

0

Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Recevez le meilleur de l'actu des métaux :
Cours, Tendances & Conseils d'Experts

Ne manquez plus nos dossiers et actualités importantes pour acheter, vendre et investir dans les métaux.